Pour les Jeux de Tokyo, la sélection passera par l’adaptation !

Du 12 au 14 mars 2021, l’équipe de France B1 était en stage de préparation pour les Jeux Paralympiques de Tokyo. Le collectif se retrouvait au Centre Technique de la Gaillette à Lens avec comme idée de défendre au mieux sa place en sélection nationale.

Des objectifs bien précis

Dès le début du stage, le staff technique avait des objectifs bien déterminés. En effet, devant les profils très différents des équipes adverses à Tokyo, la stratégie de jeu ne peut absolument pas être unique. Pas question d’opposer les mêmes arguments au Brésil et à la Chine.

L’objectif principal était donc de travailler sur les différentes combinaisons possibles en match afin de permettre au coach d’adapter sa stratégie en fonction de l’équipe affrontée.

Le groupe se réunit au bord du terrain pour écouter les objectifs de la séance du jour

Une préparation rigoureuse

Pour que chaque joueur soit définitivement prêt le jour J et qu’aucun stress extérieur ne vienne les perturber, il convient de mettre en place une routine rigoureuse. Notamment au niveau de l’échauffement. Ainsi, pendant ce stage, chaque jour, les préparateurs physiques du staff de l’équipe de France ont travaillé à installer un rituel d’échauffement. Chaque match ou entrainement peuvent être ainsi abordé avec davantage de sérénité. Le jour J, les joueurs et les gardiens n’auront pas à se demander quoi faire pour être prêt à jouer leur match, cette routine aura été répétée de nombreuses fois à l’entrainement.

Echauffement statique des joueurs le long de la barrière avant de passer à une phase dynamique

Aucun moment de répit

Les journées de stage ont été rythmées par beaucoup de mini-matchs d’entrainement : le groupe a été divisé en trois équipes ; deux s’affrontaient pendant qu’une autre réalisait des exercices physiques avec les préparateurs. Pas de répit, tout s’enchaînait très vite pour les joueurs, le temps filant à toute vitesse.

Exercices de gainage avec les préparateurs physiques pour l’équipe qui ne joue pas

Ce stage a également été marqué par le retour sur le terrain de Gaël Rivière après plusieurs mois d’arrêt dans les suites d’une opération du genou. Même s’il ne peut pas encore jouer à 100 %, il apparaissait très important pour le staff qu’il soit sur le terrain avec ses coéquipiers. Les exercices les plus contraignants pour son genou, comme les oppositions en match, lui ont été évités afin de le préserver. Il a cependant pu reprendre certaines gammes techniques avec, pendant les temps-morts, une prise en charge par le staff médical.

Prise en charge en kinésithérapie d’un joueur en reprise progressive dans les suites d’une blessure

Le niveau de jeu ne suffira pas

Lors d’une réunion entre les joueurs et le staff technique, la question sensible de la sélection a été abordée. Les mots du coach ont été très clairs : il ne suffira pas d’avoir un excellent niveau technique pour faire partie du voyage au Japon. Le profil de joueur recherché sera un joueur qui peut s’adapter à différentes combinaisons tactiques. La sélection sera donc conditionnée par la capacité à faire varier son jeu. Autrement dit, rien n’est encore fait, aucune liste n’est constituée pour le moment, chaque joueur possède ses chances de partir défendre les couleurs de la France au Japon. Néanmoins, tôt ou tard, des décisions devront être prises. Il reste encore un peu de temps aux joueurs pour travailler sur les points évoqués ci-dessus et gagner le précieux sésame.

Le sélectionneur national, Toussaint Akpweh, en pleine discussion avec un joueur sur le terrain

Bon courage à tous les joueurs et allez les Bleus !

Vous ne vous souvenez plus des joueurs qui ont été sélectionnés lors ce rassemblement ? Suivez ce lien.

En savoir plus sur l’équipe de France B1 de cécifoot, c’est par ici.

Les autres équipes de France de cécifoot ? C’est par .

Vous aimez cet article ? Aidez-nous à le faire connaître en le partageant : Facebooktwitterlinkedinmail

Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux : Facebooktwitteryoutubeinstagram