COUPE de FRANCE de cécifoot 2022 : résultats du tirage au sort

Samedi 14 et dimanche 15 mai aura lieu la coupe de France 2022 de cécifoot ! Les équipes B1 (non-voyants) et B2/B3 (malvoyants) vont se retrouver à Bondy (93) pour disputer cette compétition annuelle dont la dernière édition remonte à 2019 pour des raisons sanitaires.

Le tirage au sort des poules organisant la phase préliminaire de la compétition a donné le résultat suivant :

Catégorie B1Coupe de France de cécifoot 2022
Poule AFC Nantes Cécifoot
AVH
La Réunion
FC Précy sur Oise
Poule BMérignac
Toulouse
SC Schiltigheim
SBA Swiss Blind Soccer Association
Poule CBondy Cécifoot Club
AS Cécifoot Saint-Mandé
RC Lens Cécifoot

Catégorie B2/B3Coupe de France de cécifoot 2022
Poule ABondy 1
Schiltigheim
AVH
Cécifoot Standard de Liège
Team ACBB Cécifoot
Poule BBondy 2
HAC Le Havre cécifoot
UNADEV PACA
AS Villeurbanne

Où et quand aura lieu la compétition ?

Tous les matchs auront lieu à Bondy aux adresses suivantes :

  • Catégorie B1 : Stade Robert GAZZI, 100 route de Villemomble, 93140 Bondy
  • Catégorie B2/B3 : Gymnase Pierre CURIE, 128 route de Villemomble, 93140 Bondy

Les matchs se joueront entre 9h et 19h le samedi et de 09h à 12h le dimanche.

Retrouvez le déroulé exact de la compétition (programme, règlement, classements…) par ici :

Le tirage au sort en vidéo

Retrouvez ci-dessous l’intégralité du tirage au sort pour les deux catégories. Ce dernier s’est déroulé à Bondy jeudi 5 mai 2022.

Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux : Facebooktwitteryoutubeinstagram

Vous aimez cet article ? Aidez-nous à le faire connaître en le partageant : Facebooktwitterlinkedinmail

L’équipe de France B1 au Japon pour le World Grand Prix

Nouvelle étape dans la préparation pour les Jeux Paralympiques : la France va participer au World Grand Prix qui se déroulera également à Tokyo du 30 mai au 5 juin 2021. Il s’agit du premier tournoi officiel de l’IBSA (“International Blind Sport Association”) depuis près de 18 mois !
L’équipe de France B1 répondra donc présente lors de ce rendez-vous incontournable du cécifoot mondial au Japon, sonnant comme une répétition des Jeux Paralympiques.

logo officiel de l’International Blind Sport Association

Une partie des meilleures équipes mondiales de cécifoot se retrouvera à Tokyo en cette fin mai 2021. Les Bleus auront l’opportunité de se mesurer au Japon, à l’Argentine (gagnante de la précédente édition du World Grand Prix), à la Thaïlande et enfin à l’Espagne. De très beaux matchs en perspective qui seront retransmis en direct sur le site officiel de l’événement.

Quelle sera la stratégie de la France ?

Après avoir réalisé une série de matchs face à l’Espagne en avril dernier, le sélectionneur national, Toussaint Akpweh, a eu l’occasion de tester différentes configurations tactiques. Certaines ont été payantes (avec notamment une victoire 4 à 0) tandis que d’autres se sont avérées moins concluantes.

La question du moment paraît donc légitime : va-t-il, cette fois-ci, continuer de réaliser des essais de configuration ou son objectif est-il de remporter le tournoi ?

La situation du sélectionneur est assez délicate. Pour les joueurs, le staff et l’ensemble des supporters, une victoire dans un tournoi de cette importance serait capitale pour le moral. Elle permettrait d’emmagasiner de la confiance avant les Jeux.
D’un autre côté, l’objectif prioritaire étant, a priori, la médaille paralympique : n’est-il pas trop tôt pour dévoiler nos stratégies ? Si nos adversaires peuvent observer attentivement (et ils vont le faire !) notre façon de jouer, ils auront largement le temps de s’adapter de de réfléchir à des parades pour mieux nous contrer.

La stratégie s’annonce complexe : montrer ses forces à tous pour impressionner nos adversaires ou ne pas trop en dévoiler et créer la surprise ?

La France à l’échauffement avant un match face à l’Espagne en avril 2021 : conduite de balle puis tir au but

Programme du World Grand Prix

L’équipe de France B1 décollera pour Tokyo le 26 mai avec un premier match prévu le 30 mai 2021, dès le premier jour du tournoi, face à nos hôtes, le Japon.

Le match d’ouverture devrait opposer la Thaïlande à l’Espagne suivi ensuite de l’affrontement Japon-France.

Le programme complet ainsi que les joueurs français sélectionnés seront communiqués très prochainement sur notre site.

Cet événement sera sans spectateur et respectera des mesures sanitaires strictes : tests réguliers de tous les participants et encadrants, zones de circulation restreintes et limitation maximale des contacts.

Comme évoqué plus haut, tous les matchs seront retransmis en direct sur le site internet du tournoi. Il existe un décalage horaire de + 7h entre Paris et Tokyo.

Un dispositif spécial Cécifoot France

Notre site internet et tous nos réseaux Cécifoot France développeront un dispositif spécial pour que vous puissiez suivre cet événement depuis la France et en français. Des pages dédiées seront créées pour relayer les scores, le programme, les classements, les buteurs français et bien sûr les liens pour suivre les matchs en direct.

Restez connectés, d’autres informations arriveront prochainement !

Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux : Facebooktwitteryoutubeinstagram

Vous aimez cet article ? Aidez-nous à le faire connaître en le partageant : Facebooktwitterlinkedinmail

Sensibiliser au handicap par le cécifoot

Les joueurs de cécifoot interviennent régulièrement dans les écoles ou dans les clubs de football auprès d’un public jeune afin de les sensibiliser au handicap.

Les jeunes U10 du FC Vaujours ; Crédit photo : FC Vaujours

Cette notion de handicap peut en effet paraître abstraite pour un enfant évoluant dans un milieu dit “ordinaire”. Pourquoi cette personne ne marche-t-elle pas comme moi ? Pourquoi ne peut-il pas voir ? Comment parvient-il à se déplacer seul ? A courir ? A faire du sport ?

En général, lors de journées dites de “sensibilisation“, toutes ces questions trouvent des réponses. Les enfants rencontrent une personne porteuse d’un handicap qui leur en explique la nature, ses difficultés et les adaptations qui ont dû être mises en place dans leur vie quotidienne.

La pratique d’un sport comme adaptation au handicap

Lorsqu’on présente une déficience visuelle, la pratique d’un sport comme le cécifoot permet de développer considérablement des capacités nécessaires à la vie de tous les jours comme l’orientation spatiale et la perception auditive. Apprendre à écouter son environnement, réagir et se déplacer en conséquence ou encore connaître sa position dans l’espace sont des notions fondamentales dans l’acquisition d’une autonomie. Le handisport peut donc être vu comme un facteur favorisant l’adaptation, le développement de l’autonomie et l’intégration dans la société.

Exemple d’une journée de sensibilisation : rencontre avec les jeunes U10 du FC Vaujours

Le jeudi 22 avril 2021, Yvan Wouandji, joueur de l’équipe de France de cécifoot, a eu l’occasion d’être reçu par le club de football FC Vaujours en région parisienne. Il a alors rencontré les jeunes de la catégorie U10 et leur a fait découvrir son sport, le cécifoot. Mais pas seulement !

Les enfants à l’écoute autour de leurs encadrants ; Crédit Photo : FC Vaujours

Qu’est-ce que le handicap visuel concrètement ?

La première partie de son intervention a été centrée sur l’explication du handicap visuel et sur les moyens qui existent pour accéder à la plus grande autonomie possible dans la vie de tous les jours. Par exemple, à quoi sert la canne blanche qu’une personne non-voyante utilise lors de ses déplacements ?

Explication du fonctionnement d’une canne blanche lors des déplacements ; Crédit photo : FC Vaujours

Ensuite, pour aborder des sujets qui touchent davantage des enfants, il convenait de parler de l’école. Comment un enfant non-voyant fait-il pour apprendre s’il ne peut pas lire ou voir des images ?

Vous, vous apprenez à lire avec vos yeux, nous on apprend à lire avec nos doigts !

Yvan Wouandji, joueur de l’équipe de France de cécifoot

Yvan Wouandji a donc poursuivi son propos sur l’explication du système d’écriture en braille, permettant aux personnes atteintes de déficience visuelle de lire et d’écrire.

Vidéo d’explication du système Braille aux enfants ; Crédit : FC Vaujours

Atelier de découverte du cécifoot

Après toutes ces explications, les enfants n’attendaient plus que de passer à la pratique et de découvrir comment leur propre sport, le football, pouvait être pratiqué par des non-voyants.

Les ateliers ont commencé par l’explication des bases de la discipline : la communication orale. Les joueurs signalent en permanence leur position et leurs actions par la parole. Ils renseignent ainsi  à leurs coéquipiers leurs intentions et les faits de jeu importants.

Les enfants ont appris à se déplacer avec le ballon sans aucun repère visuel, à réaliser des passes ou encore à tirer au but en prenant connaissance de la notion de guidage.

Résumé des ateliers en vidéo

Vidéos et photos réalisées par les encadrants du FC Vaujours, merci à eux !

Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux : Facebooktwitteryoutubeinstagram

Vous aimez cet article ? Aidez-nous à le faire connaître en le partageant : Facebooktwitterlinkedinmail

Historique et organisation de la discipline

Le cécifoot (« blind football » en anglais) est une discipline paralympique, c’est l’adaptation du football pour les personnes déficientes visuelles. En France, la Fédération Française Handisport assure la gestion des sportifs licenciés et des compétitions.

Les joueurs s’affrontent par équipes de cinq (quatre joueurs déficients visuels et un gardien) et évoluent dans deux catégories distinctes suivant leur niveau de handicap visuel :

  • La catégorie B1 (Blind 1) : pour les joueurs non-voyants ou ayant une faible perception visuelle. Tous les pratiquants de cette catégorie seront placés à égalité en jouant avec un bandeau opaque sur les yeux et des patchs oculaires occultants. Le gardien, quant à lui, est voyant.
  • La catégorie B2/B3 (Blind 2 / Blind 3) : pour les joueurs mal-voyants. Le gardien peut être voyant ou malvoyant. Quant aux joueurs, leur acuité visuelle du meilleur œil, après correction, ne doit pas dépasser 1/10ème (tolérance au niveau national jusqu’à 2/10ème) ou excéder 20° de champ visuel. Pour plus de détails, un joueur classifié B2 a une acuité visuelle maximale de 1/20ème et un champ visuel maximal de 5°. Un joueur B3, quant à lui, possède une acuité visuelle comprise entre 1/20ème et 1/10ème et un champ visuel compris entre 5° et 20°.
France vs Chine, Jeux Paralympiques de Londres 2012
Source photo : Flickr Handisport, G Picout, France Paralympique, Tous droits réservés

Au niveau national et international, cette classification est déterminée par un médecin ophtalmologiste spécialiste après un examen officiel qui peut être définitif ou à réévaluer en fonction des constatations médicales.
NB : seule la catégorie B1 est représentée aux Jeux Paralympiques, tous les quatre ans.

La naissance du cécifoot

Il paraît difficile de situer avec précision la date d’apparition de cette adaptation du football pour les déficients visuels. D’après le Comité International Paralympique, il semblerait que dès les années 1920, en Espagne, de jeunes joueurs s’amusaient déjà à jouer au football dans les cours de récréation des écoles spécialisées pour enfants atteints de cécité.

C’est au Brésil, dans les années 1960, que l’on doit la réelle formalisation de ce sport. Le pays sud-américain instaure les règles de base et le format à « cinq contre cinq », toujours d’actualité à notre époque. Il faudra cependant attendre 1974 pour voir un premier championnat national être organisé au Brésil. Peu à peu, d’autres pays emboitent le pas et développent la discipline, l’Espagne notamment.

L’arrivée du cécifoot en France

C’est en 1987 que la cécifoot arrive en France sous l’impulsion de Monsieur Julien Zéléla. Il crée l’Association Sportive Cécifoot Saint-Mandé qui marque le début de la structuration de ce sport dans notre pays. Ce club historique, situé non loin de Paris dans le Val de Marne, est toujours en activité et possède un des palmarès les plus fournis au niveau national.

Un tout premier championnat de France de cécifoot a pu débuter officiellement à la fin de l’année 1998 tandis que la première Coupe de France a eu lieu en l’an 2000. Ces événements se tiennent dorénavant chaque année.

La reconnaissance internationale

En 1996, la Fédération Internationale des Sports pour déficients visuels (IBSA : « International Blind Sports Association ») reconnaît officiellement le cécifoot comme une discipline sportive. Cette démarche aura pour but principal de fédérer toutes les différentes pratiques de ce sport, pouvant varier d’un pays à l’autre, en instituant des règles communes, valables dans le monde entier.
Il s’agissait là d’un premier pas vers une harmonisation obligatoire à la réalisation de futures rencontres internationales.

Dès l’année suivante, en 1997, l’IBSA organisa le premier championnat d’Europe de cécifoot à Barcelone, en Espagne, et le premier championnat du continent américain à Asuncion, au Paraguay.

Les événements s’accélérèrent encore avec, dès 1998, le tout premier championnat du monde de cécifoot au Brésil. Le pays hôte remporta d’ailleurs cette édition inaugurale. Le Brésil conservera plusieurs années cette domination sur le monde du cécifoot en remportant la plupart des titres de « champion du monde », cédant parfois face à son principal rival, l’Argentine.

Athènes 2004, l’année de la consécration paralympique

Sans conteste, cette année 2004 restera l’événement le plus marquant de l’histoire du cécifoot avec sa reconnaissance comme « discipline paralympique ». Trente années après l’apparition des premiers championnats en Amérique du Sud, les joueurs de cécifoot pouvaient enfin prétendre au titre ultime pour tout sportif, celui de la plus grande des compétitions : la médaille d’or de champion paralympique.
Ce sera encore une fois le Brésil qui remportera la toute première médaille d’or paralympique du cécifoot au terme d’un match épique contre l’Argentine, son rival de toujours : 3-2 aux tirs aux buts après un match nul 0-0 au bout du temps réglementaire.

L’engouement autour du cécifoot ne cessera ensuite de croître avec la création de nouvelles équipes dans le monde entier.



Logo Officiel du Comité International Paralympique

Désormais, les championnats du monde de la discipline ont lieu tous les quatre ans en alternance avec les Jeux Paralympiques. Les championnats continentaux permettant aux équipes nationales d’obtenir leur qualification pour ces compétitions de référence.

2012 aux Jeux Paralympiques de Londres : l’année de la France

Une année incontournable pour l’équipe de France de cécifoot. Lors des Jeux Paralympiques de Londres, « les Bleus » parviennent à se hisser en finale du tournoi. Ils connaitront malheureusement une défaite 2-0 face au Brésil mais rentreront en France avec une médaille d’argent paralympique. Cette dernière reste jusqu’à maintenant le meilleur résultat de l’équipe de France dans une compétition internationale. Cet événement aura un effet « tremplin » pour la discipline qui bénéficiera d’une exposition et surtout de moyens sans précédent dans notre pays.

La France remporte la médaille d’argent aux Jeux Paralympiques de Londres en 2012
Source photo : Flickr Handisport, G Picout, France Paralympique, Tous droits réservés

Le cécifoot de nos jours en France et dans le monde

En France, la discipline est gérée à partir de la Fédération Française Handisport par un Directeur Sportif chargé de son développement et de son administration. Chaque année, un championnat de France est organisé dans chaque catégorie (B1 et B2/B3) ainsi qu’une coupe de France. Le pays dispose également d’une équipe nationale B1 avec un sélectionneur dont la mission, comme dans le football classique, est de recruter les meilleurs joueurs nationaux et de les faire évoluer vers la performance. Depuis 2019, une équipe de France Espoirs a même été créée afin d’assurer la relève du collectif sénior et de préparer les jeunes joueurs aux exigences du haut niveau.

Dans le monde, le cécifoot se joue maintenant sur la plupart des continents. Même si l’activité principale reste en Europe et en Amérique du Sud, le développement est en marche dans de nombreux pays. Dans différentes régions du monde, des tournois internationaux ont lieu régulièrement afin de décrocher des places qualificatives pour les plus grandes compétions de la planète. Au même titre que le championnat d’Europe, il existe un championnat d’Afrique, d’Asie ou encore d’Amérique Centrale de cécifoot. Des équipes redoutables émergent sur la scène internationale avec par exemple la Chine, l’Iran, le Japon, le Maroc, le Mali ou même la Thaïlande. L’Amérique du Nord fait encore figure d’exception avec un développement tardif lié à une pratique plus restreinte du football classique dans cette région du monde.

Quoi qu’il en soit, le cécifoot reste en développement en France et dans le monde. La discipline semble promise à un bel avenir au fur et à mesure que sa reconnaissance et son exposition médiatique grandiront.

La prochaine étape pour le cécifoot en France ?

Le logo des Jeux Paralympiques de Paris 2024

L’Histoire du cécifoot nous a montré que les bonds en avant les plus significatifs se déroulaient en parallèle des événements majeurs comme les Jeux Paralympiques. Il paraît donc plutôt vraisemblable d’imaginer que la prochaine étape du développement de ce sport en France se déroulera à Paris en 2024 ; offrant ainsi au cécifoot une exposition médiatique sans précédent.

Vue d’artiste du futur terrain où les compétitions de cécifoot auront lieu lors des Jeux Paralympiques de Paris 2024, aux pieds de la Tour Eiffel

Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux : Facebooktwitteryoutubeinstagram

Vous aimez cet article ? Aidez-nous à le faire connaître en le partageant : Facebooktwitterlinkedinmail

Les équipements d’un joueur de Cécifoot

Un joueur de cécifoot possède un équipement classique commun à toute personne souhaitant jouer au football :

  • un maillot et un short : le maillot doit porter un numéro de 1 à 15, différent pour chaque joueur. La couleur doit être différente entre deux équipes qui s’affrontent pour les distinguer.
    A noter que le gardien de but doit porter un maillot dont la couleur le différencie des autres joueurs de son équipe et des arbitres
  • des chaussettes hautes type « bas »
  • des protège-tibias : ils doivent être recouverts par les chaussettes et offrir un degré de protection adapté
  • des chaussures adaptées au type de terrain (en général synthétique). Elles ne doivent pas comporter de crampons pour éviter tout risque de blessure lors d’un contact avec un adversaire.

Comme évoqué ci-dessus, le cécifoot est un sport de contact donc les joueurs ne doivent porter aucun bijou ou montre sur aucune partie du corps. Rien qui pourrait blesser un autre participant ou le joueur lui-même lors d’un match.

Après cet équipement de football classique, il existe certaines particularités propres au cécifoot. Des éléments de matériel sont communs aux deux catégories de ce sport et d’autres plus spécifiques.

L’équipement commun aux deux catégories (B1 et B2/B3)

Ce ballon spécial possède des caractéristiques précises :

  • il est sphérique
  • possède un système sonore à l’intérieur lui permettant d’être localisé par les joueurs lorsque celui-ci est en mouvement
  • doit avoir une circonférence comprise entre 60 et 62 cm
  • doit être gonflé avec une pression comprise entre 400 et 600 g/cm2 (soit 0,4-0,6 atm)

Nuance pour les B2/B3 en championnat de France : le principe des clochettes à l’intérieur du ballon est le même qu’en B1 mais le système sonore est plus léger. En revanche, à l’international, la catégorie B2/B3 utilise plutôt des ballons de type « futsal » avec pour seule particularité une couleur nettement différente de celle du sol. Les joueurs percevront ainsi visuellement mieux le ballon. La France a choisi d’utiliser les ballons à clochettes pour son championnat national B2/B3 afin de permettre l’accès aux joueurs mal-voyants sévères.

La coloration des ballons B2/B3

Ce sont les règles imposées par l’IBSA (International Blind Sports Federation) pour qu’un ballon soit homologué et donc apte à être utilisé en compétition.

Pendant un match, il est du rôle de l’arbitre de :

  • s’assurer du bon fonctionnement sonore du ballon. Il peut être amené à le remplacer en cas d’anomalie. Aucun changement de ballon n’est autorisé sans son accord. Cependant, les joueurs peuvent signaler à l’arbitre s’ils ne parviennent pas à entendre suffisamment le ballon.
  • signaler la position du ballon en le faisant rouler sous son pied pour qu’il émette un son au cas où celui-ci serait à l’arrêt et qu’aucun joueur ne parvienne à le localiser.
  • stopper le match si le ballon éclate ou est endommagé.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo sonore (⚠️ merci donc d’activer le son ⚠️) vous permettant d’entendre le bruit produit par le ballon lorsqu’il se déplace. Sur la vidéo, une personne se tient debout, agite le ballon puis le fait tomber au sol et fait mine de le passer à un coéquipier.

Les équipements spécifiques aux joueurs B1

En catégorie B1, les joueurs sont non-voyants ou mal-voyants alors que le gardien est, lui, voyant. Pour mettre tous les joueurs de champ à égalité au niveau visuel, ceux-ci devront mettre un bandeau sur leurs yeux.

Le bandeau B1, portant ici le numéro 10
Crédit Photo : Benjamin Guibal

En compétition nationale et internationale, le bandeau sera doublé de patchs oculaires. Ils seront collés sur la peau au niveau de chaque œil ; le bandeau sera placé par-dessus.

Ces deux équipements doivent répondre aux caractéristiques suivantes :

  • le bandeau : il doit être placé sur les yeux et être constitué d’une matière opaque, absorbante et rembourré sur le devant. Les joueurs ne doivent pas voir au travers.
Le bandeau de l’équipe de France

les patchs oculaires : pour être certain que les joueurs soient bien à égalité au niveau visuel, même avec les masques, on applique sur leurs yeux fermés des patchs occultants

Exemple d’un patch oculaire

A chaque début de match, l’arbitre vérifie que les patchs et les masques soient bien en place avant de débuter la partie. Il en va de même lors d’un remplacement, un temps-mort ou à la reprise du jeu après la mi-temps. Il est interdit de retirer son masque pendant un match.

L’équipement spécifique aux joueurs B2/B3

En catégorie B2/B3, les joueurs sont mal-voyants. Pour rappel, on distingue deux sous-catégories :

  • un joueur classifié B2 a une acuité visuelle maximale de 1/20ème et un champ visuel maximal de 5°
  • un joueur B3, quant à lui, possède une acuité visuelle comprise entre 1/20ème et 1/10ème et un champ visuel compris entre 5° et 20°

L’équipement spécifique aux joueurs de cette catégorie est le bandeau B2/B3 : nouveauté de la saison 2020/2021 en championnat de France uniquement.

Il sera porté sur le front de chaque joueur avec les caractéristiques suivantes :

  • il aura une couleur différente par équipe, en plus des maillots distinctifs. Il permettra donc d’aider visuellement un joueur à se repérer sur le terrain par rapport à ses concurrents et ses coéquipiers
  • il permettra de différencier les participants de différentes sous-catégories
  • pour un spectateur venant assister à un match, il l’aidera à identifier les différences de classification entre les joueurs et ainsi mieux comprendre le fonctionnement de la discipline
Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux : Facebooktwitteryoutubeinstagram

Vous aimez cet article ? Aidez-nous à le faire connaître en le partageant : Facebooktwitterlinkedinmail
Aller au contenu principal