Sensibiliser au handicap par le cécifoot

Les joueurs de cécifoot interviennent régulièrement dans les écoles ou dans les clubs de football auprès d’un public jeune afin de les sensibiliser au handicap.

Les jeunes U10 du FC Vaujours ; Crédit photo : FC Vaujours

Cette notion de handicap peut en effet paraître abstraite pour un enfant évoluant dans un milieu dit “ordinaire”. Pourquoi cette personne ne marche-t-elle pas comme moi ? Pourquoi ne peut-il pas voir ? Comment parvient-il à se déplacer seul ? A courir ? A faire du sport ?

En général, lors de journées dites de “sensibilisation“, toutes ces questions trouvent des réponses. Les enfants rencontrent une personne porteuse d’un handicap qui leur en explique la nature, ses difficultés et les adaptations qui ont dû être mises en place dans leur vie quotidienne.

La pratique d’un sport comme adaptation au handicap

Lorsqu’on présente une déficience visuelle, la pratique d’un sport comme le cécifoot permet de développer considérablement des capacités nécessaires à la vie de tous les jours comme l’orientation spatiale et la perception auditive. Apprendre à écouter son environnement, réagir et se déplacer en conséquence ou encore connaître sa position dans l’espace sont des notions fondamentales dans l’acquisition d’une autonomie. Le handisport peut donc être vu comme un facteur favorisant l’adaptation, le développement de l’autonomie et l’intégration dans la société.

Exemple d’une journée de sensibilisation : rencontre avec les jeunes U10 du FC Vaujours

Le jeudi 22 avril 2021, Yvan Wouandji, joueur de l’équipe de France de cécifoot, a eu l’occasion d’être reçu par le club de football FC Vaujours en région parisienne. Il a alors rencontré les jeunes de la catégorie U10 et leur a fait découvrir son sport, le cécifoot. Mais pas seulement !

Les enfants à l’écoute autour de leurs encadrants ; Crédit Photo : FC Vaujours

Qu’est-ce que le handicap visuel concrètement ?

La première partie de son intervention a été centrée sur l’explication du handicap visuel et sur les moyens qui existent pour accéder à la plus grande autonomie possible dans la vie de tous les jours. Par exemple, à quoi sert la canne blanche qu’une personne non-voyante utilise lors de ses déplacements ?

Explication du fonctionnement d’une canne blanche lors des déplacements ; Crédit photo : FC Vaujours

Ensuite, pour aborder des sujets qui touchent davantage des enfants, il convenait de parler de l’école. Comment un enfant non-voyant fait-il pour apprendre s’il ne peut pas lire ou voir des images ?

Vous, vous apprenez à lire avec vos yeux, nous on apprend à lire avec nos doigts !

Yvan Wouandji, joueur de l’équipe de France de cécifoot

Yvan Wouandji a donc poursuivi son propos sur l’explication du système d’écriture en braille, permettant aux personnes atteintes de déficience visuelle de lire et d’écrire.

Vidéo d’explication du système Braille aux enfants ; Crédit : FC Vaujours

Atelier de découverte du cécifoot

Après toutes ces explications, les enfants n’attendaient plus que de passer à la pratique et de découvrir comment leur propre sport, le football, pouvait être pratiqué par des non-voyants.

Les ateliers ont commencé par l’explication des bases de la discipline : la communication orale. Les joueurs signalent en permanence leur position et leurs actions par la parole. Ils renseignent ainsi  à leurs coéquipiers leurs intentions et les faits de jeu importants.

Les enfants ont appris à se déplacer avec le ballon sans aucun repère visuel, à réaliser des passes ou encore à tirer au but en prenant connaissance de la notion de guidage.

Résumé des ateliers en vidéo

Vidéos et photos réalisées par les encadrants du FC Vaujours, merci à eux !

Vous aimez cet article ? Aidez-nous à le faire connaître en le partageant : Facebooktwitterlinkedinmail

Retrouvez-nous également sur nos réseaux sociaux : Facebooktwitteryoutubeinstagram